Le G 5 Sahel : survivre par temps de Covid 19.

Le Sahel est pris en tenailles par trois phénomènes majeurs qui menacent ses bases : l’insécurité ambiante avec pour corollaire le grand défi humanitaire auquel est venu se greffer, récemment, le coronavirus. Les pays du G5 Sahel ont décrété la pandémie du coronavirus désormais ennemi public numéro 1. Cet ensemble comptait, au 21 mai 2020, 3 366 malades déclarés positifs à la Covid 19, dont 2 125 patients guéris et 224 décédés. La gestion de ce triple combat requiert pragmatisme et imagination, de la part des autorités politiques et des partenaires techniques et financiers.

 

 

Opinion: en Afrique, le Covid-19 atomise la communauté et délie l’audace

Jusqu’alors, les spécialistes du continent africain percevaient, dans l’individualisme, un genre de vie lié à un stade de confort et d’instruction. En 2020, son intrusion massive et sans préavis au milieu de la sociabilité appelle un ajustement du champ de vision et la diète des préjugés ; l’éradication du Covid-19 laisse entrevoir un défoulement d’énergies dont il serait hasardeux de présumer le potentiel d’altruisme et de paix.

 

 

Le Génocide contre les Tutsi du Rwanda avril – juillet 1994.

En ce mois d’avril 2020, pris dans l’angoisse et la peur de mourir, ou de perdre les leurs, les confinés du Covid – 19, ne peuvent avoir qu’une très pale idée de la hantise et de l’angoisse des Tutsi Rwandais d’avril – juillet 1994. En ces temps-là, le confinement ne protégeait pas de la pandémie. Ni les informations des radios et de la télévision nationale qui, au contraire d’aujourd’hui pour le Covid 19, conseillaient à leurs auditeurs comment donner la mort et encourageaient à en donner davantage.

Opinion: la renaissance de l’Etat national, heureuse surprise du Covid-19

‘’La seule chose dont nous devons avoir peur est la peur elle-même’’ déclarait à ses compatriotes, frappés par la grande dépression, le président Franklin D Roosevelt. Quatre-vingt-dix ans après, ce message reste actuel face au Covid-19.

Attaquant autant les Etats les plus forts que les pays les plus fragiles, le Covid-19 s’est imposé à tous comme une catastrophe mondiale. Tous concernés et confinés. Continuant à décimer, il contraint au réalisme et laisse peu de place aux charlatans et aux démagogies politiciennes. Par tout cela, il appelle une réponse, certes nationale mais aussi internationale.

 

Sahel Sahara, Covid 19 et insécurité.

La pandémie du Coronavirus aura-t-elle des conséquences sur la situation sécuritaire du Sahel ?

 Les risques que la réponse soit positive sont grands : les militaires étrangers engagés dans la lutte contre le terrorisme et évoluant dans cette sous-région sont mobiles et proviennent de plusieurs pays, dont certains sont des foyers de transmission : l’Allemagne, Chine, France, Etats-Unis, Espagne, Italie. La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations-Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) compte 57 nationalités, autant de situations de pandémie différentes. A des degrés de gravité divers, les cinq pays du G5 Sahel sont, à présent, atteints par la COVID-19, Burkina Faso en tête.