G5 Sahel : La difficile gestion des frontières.

Source : J. Brachet, A. Choplin, O. Pliez, 2011 ; Crédit : http://geoconfluences.ens-lyon.fr, ENS-Lyon / DGESCO

Les difficultés des pays du G5 Sahel sont-elles dues à la problématique de la gestion des frontières ? Cette impression prévaut, quand on se penche sur les conclusions du récent Sommet du G7, tenu à Biarritz, en France, du 24 au 26 août 2019. La chancelière allemande, Angela Merkel, le président français, Emmanuel Macron, et le président du Faso, Rock Marc Christian Kaboré, ont, de concert, plaidé pour une redéfinition du « périmètre de sécurité », face à « l’extension de la menace terroriste au Sahel ».

En clair, le nouvel engagement sécuritaire associerait les pays du Golfe de Guinée, notamment le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Ghana, aux efforts de défense du G5 Sahel. Serait – ce suffisant, pour endiguer la vague terroriste, qui cause tant de souffrances aux populations sahéliennes ?

Algérie, Soudan et le Sahel.

Sous la pression populaire, l’Algérie et le Soudan, sont en ébullition, sans une boussole immédiate. Quelle majorité remplacera-t-elle le quasi-État FLN (Front de Libération Nationale) en Algérie ? Au Soudan, quelle formation politique ou militaire succédera au régime semi-islamiste du général Omar Hassan El Béchir ? Outre des changements internes, ces soubresauts historiques auront des impacts dans la région du Maghreb mais ailleurs aussi et surtout au Sahel !

 

 

Sahel Sahara et sommet AU Niamey.

Une semaine après le sommet e la CEDEAO tenu à Abuja, au Nigéria, l’Union africaine devrait convoquer son sommet annuel à Niamey, au Niger, le 5 juillet. À l’heure actuelle, peu d’autres lieux pourraient être plus appropriés pour cette rencontre que cette capitale située au cœur du Sahel. Un Sahel qui est souvent ‘’soit un lien, un couloir ou une barrière’’.

 

 

Le «tribalisme et le favoritisme» dans les armées d’Afrique de l’Ouest favorisent la montée du djihadisme

La violence djihadiste s’étend en Afrique de l’Ouest, maintenant jusqu’aux États côtiers. Qu’est-ce qui l’explique et comment l’enrayer? L’ex-envoyé spécial des Nations unies au Burundi, en Afrique de l’Ouest et en Somalie, le Mauritanien Ahmedou Ould Abdallah, Président du Centre d’analyse 4S, livre son analyse en exclusivité pour Sputnik.