Sahel : ‘’c’est la faute des autres ‘’!

Au Sahel, certains gouvernements ont le regard fixé sur le rétroviseur, ne voulant rien savoir du présent et encore moins du futur. Le discours populiste et son lancinant refrain, c’est la ‘’faute des autres’’, condamne fréquemment l’action de la communauté internationale sans rien offrir en échange. Une démagogie qui ne rend service ni aux pays du Sahel ni aux régimes eux-mêmes. Un regard, nouveau et libéré, est devenu nécessaire.

Golfe de Guinée : future terre de jihad islamiste? Enjeux et perspectives.

Depuis près d’un quart de siècle, la bande sahélo-saharienne de l’Afrique de l’Ouest fait face à une menace terroriste sans précédent. De vétérans du jihad version Ben Laden, la terreur islamiste  s’est métaphorisée, s’est « endogéinisée », en se servant des contradictions sociétales et politiques pour séduire une jeunesse mal formée,  ethnicisée,  déboussolée.  La vague d’attentats intervenus en Côte d’Ivoire, à Ouagadougou et à Bamako courant 2016 et la transformation rapide de la quasi-totalité du territoire burkinabè en zone d’opérations militaires attestent l’acheminement de l’espace ouest africain vers la coagulation d’entités terroristes, même si, pour l’heure,  la zone de conflictualité demeure le Sahel.

G5 Sahel : La difficile gestion des frontières.

Source : J. Brachet, A. Choplin, O. Pliez, 2011 ; Crédit : http://geoconfluences.ens-lyon.fr, ENS-Lyon / DGESCO

Les difficultés des pays du G5 Sahel sont-elles dues à la problématique de la gestion des frontières ? Cette impression prévaut, quand on se penche sur les conclusions du récent Sommet du G7, tenu à Biarritz, en France, du 24 au 26 août 2019. La chancelière allemande, Angela Merkel, le président français, Emmanuel Macron, et le président du Faso, Rock Marc Christian Kaboré, ont, de concert, plaidé pour une redéfinition du « périmètre de sécurité », face à « l’extension de la menace terroriste au Sahel ».

En clair, le nouvel engagement sécuritaire associerait les pays du Golfe de Guinée, notamment le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Ghana, aux efforts de défense du G5 Sahel. Serait – ce suffisant, pour endiguer la vague terroriste, qui cause tant de souffrances aux populations sahéliennes ?