Le courant ‘’Wahhabo’’- Salafiste à San Pedro : du prosélytisme à la revendication de la Chariaa

Dans une configuration, fortement marquée par la recrudescence de la terreur islamiste sur le Continent, la Côte d’Ivoire de 2018 semblait surtout confrontée à une menace extérieure. Cependant, les attitudes de fanatisme prennent de l’ampleur dans le pays et les discours takfiri, se banalisent au fil de l’enseignement et des sermons. La dérive doctrinale des groupes salafistes laisse craindre l’enracinement et l’extension d’un appel endogène à la violence sacrée. L’internationale jihadiste disposerait alors d’une relève suivant un mouvement de domino qui viendrait compenser sa déconfiture actuelle au Moyen Orient. Certes, la Côte d’Ivoire n’est encore à ce degré de probabilité mais la dynamique des signes faibles, tels qu’il nous est permis d’en observer l’évolution, concourt à justifier la crainte.